Marinet, le webmarketing en plus net

Saturday, April 07, 2007

Web 1.0, Web 2.0, Web 3.0… j’crois que c’est clair !

Dans un précédent post (Web 2.0 : le retour du même en mieux), j’avais déjà tenté de présenter de façon claire qu’elles étaient les caractéristiques du Web 2.0. Au travers de ce nouveau post, je souhaite apporter des éléments supplémentaires pour vous permettre de mieux comprendre ce qu’est le web 2.0. Cet article me permet également d’aborder les évolutions que nous allons connaître et que l’on retrouve souvent dans la presse sous le terme « Web 3.0 ».

Le Web 1.0 visait à « descendre » vers l’utilisateur en lui proposant un contenu statique. Un site Web 1.0 se caractérisait (se caractérise) principalement par le fait d’être un site de publication/un site de lecture avec peu, voire pas, de syndication de contenu.
Les sites institutionnels font typiquement partis de cette génération. D’un point de vue économique/business une des particularités du Web 1.0 est de « faire des affaires » avec un cœur de cible et pas avec la périphérie du marché.

Les choses changent donc avec le web 2.0, un web dynamique, hyper actif et réactif. Le web est désormais utilisé en tant que plate-forme : un ensemble de moyens orchestrés et connectés les uns aux autres, ouverts sur l’extérieur afin de faciliter l’exploitation des informations. Les technologies utilisées et les standards changent.

Web 1.0 // Web 2.0
DoubleClick –> Google AdSense
Ofoto –> Flickr
Akamai –> BitTorrent
mp3.com –> Napster
Britannica Online –> Wikipedia
sites perso –> blogs
evite –> upcoming.org et EVDB
spéculation sur les noms de domaines –> optimisation pour moteurs de recherche
pages vues –> coût au clic
aspirateurs web –> services web
publication –> participation
systèmes de gestion de contenu –> wikis
arborescence (taxonomie) –> tags (”folksonomy”)
rigidité du contenu –> syndication de contenu

Tout cela est bien entendu transparent pour l’utilisateur final. Celui-ci ne perçoit qu’une interface riche qui lui offre des fonctionnalités avancées lui permettant d’accéder à l’information qu’il est venu chercher, partager ou modifier. Il peut désormais écrire, lire, utiliser, voire développer un contenu existant. Le web 2.0 est participatif (wiki, blog, forums), donne un accès immédiat à l’information (flux RSS, search, mobilité), offre des interfaces innovantes.

En parlant du web 2.0, on entend d'ailleurs souvent le terme d’intelligence collective : "Le message ne s’adresse plus de quelques un à certains, ni de beaucoup à tout le monde, mais de tout le monde à tout le monde"


Source : Blog TiBlond, http://www.tiblond.com/weblog/billet/7/web-20/
Ressource complémentaire :
Conférence sur le Web nouvelle génération


Dans son article « What Is Web 2.0 », Tim O’Reilly propose cette cartographie du Web 2.0. Légende - en vert : les outils et technologies utilisés par le web 2.0 ; en brun : la philosophie du web 2.0, au centre en orange : le business model du web 2.0.


D’un point de vue économique/business, le web 2.0 est un outil de CRM par lequel une entreprise conquiert sa clientèle, et la fidélise.

Alors qu’on pourrait croire que le modèle a été poussé à son maximum, on entend pourtant parler de la génération 3.0.
Fred Cavazza dans son article « Vers un web 3.0 ? » revient sur les caractéristiques des web 1.0, puis 2.0, pour s’interroger sur l’avenir du web 3.0.
D’après l'auteur, le web 3.0 offrira une expérience immersive et étendue : « En anticipant une montée en puissance de services innovants qui commencent à voir le jour, il est possible d'identifier encore de nouveaux maillons pour une chaîne de valeur qui ne se limitera plus au web. »
Et oui, il est possible d’aller encore plus loin. C’est déjà le cas avec les mondes virtuels tels que Second Life, ou le Centre du monde. Ces mondes 3D sont une simulation voire une réplication de la vraie vie. Se balader dans un centre commercial, acheter, réussir dans l’immobilier, faire un lancement de produit, tenir une réunion politique... tout est possible.

Sans pousser jusqu’aux réalités virtuelles, le Web 3.0 c’est aussi le fait d’accéder à des informations provenant de la toile sans avoir à ouvrir son navigateur Internet. Le nouveau système d’exploitation de Microsoft,
Windows Vista, offre la possibilité d’afficher une « Sidebar » sur votre bureau dans laquelle vous installer des gadgets. Vous obtenez alors l’information qui vous intéresse directement sur votre bureau :

Sur cette capture d'écran, vous voyez à droite, que je reçois en temps réel la recette du jour de Doctissimo, les sorties ciné annoncées par Allociné, les actus du site MSDN France, et du monde, la météo...

Le Web 3.0 c’est encore accéder à du contenu numérique et à des services Web (email, sites internet, messagerie instantanée…) où que je sois, quel que soit le moyen d’y accéder : téléphones, télévision, ordinateurs, consoles de jeu… le PC n’est plus maitre à bord. En voici quelques exemple :

- [Téléphonie] Démo Windows Mobile 6 (en anglais) :
Vous possédez un BlackBerry, un Qtek Windows Mobile 5, peut être bientôt un Iphone......Voici une
présentation de Windows Mobile 6. Source : http://benjamingauthey.com

- [Téléphonie]
Un poisson nommé DeepFish
Deepfish n’est pas un poisson d’avril made in Microsoft mais bien un logiciel issu de Microsoft Live Labs et testable dans sa version preview à cette adresse. Il change l’expérience utilisateur que vous aviez sur votre téléphone mobile, smartphone ou PDA lors de la consultation de vos sites préférés au travers Internet Explorer version Mobile. Source : http://benjamingauthey.com

- Le premier lapin communicant - Nabaztag (site officiel)
Une nouvelle façon de communiquer avec vos amis. Le lapin
Nabaztag va lire les mails et SMS que vous allez lui envoyer. Il ne s’arrête pas à la lecture de messages, il est capable de jouer vos morceaux de musiques préférées, vos flux RSS, vous donner la météo... Bref un nouveau compagnon à adopter. A voir sur http://www.on10.net/Blogs/bgauth/les-lapins-nabaztag/


Comme le souligne Fred Cavazza, notre mode de consommation du contenu numérique va s’éloigner du modèle actuel (browsers, pages html). Il n’est donc pas question de web 3.0 mais d'internet 3.0.




Labels: ,

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home